Comment parler de la propagande

Il existe déjà une riche historiographie des différents modes de propagande ainsi que des discussions théoriques sur l’utilisation de la notion. C’est donc à partir de cet acquis que ce carnet voudrait innover: en rendant compte des multiples recherches actuelles sur le sujet et en s’efforçant de décloisonner les résultats obtenus, il vise à débarrasser définitivement la propagande de ses caractéristiques péjoratives pour montrer qu’il s’agit d’une notion indispensable à la compréhension des stratégies de persuasion. Le but est de pouvoir qualifier de propagande toute entreprise qui s’y rapporte afin d’en expliquer les mécanismes, sans avoir à craindre de paraître la critiquer. Il s’agit ce faisant de revenir au sens authentique de ce mot.

L’entreprise est difficile car la propagande est une notion à la fois indispensable et encombrante, un « mot disgracié » selon l’heureuse formule de Fabrice d’Almeida. La première difficulté tient à son périmètre : tour à tour elle fut utilisée de façon extrêmement extensive, jusqu’à englober toutes les représentations de pouvoir, ou au contraire, de façon excessivement restrictive, ne désignant que la manipulation des masses par des régimes autoritaires. La seconde difficulté vient de la préemption qui en fut faite par la critique des médias développée dans la lignée du modèle de propagande établi par Noam Chomsky et Edward Herman[1]. La valeur purement négative attachée désormais à la notion a en effet rendu difficile son utilisation pour qualifier de façon neutre une entreprise de persuasion.

Nous proposons donc de partir de quelques postulats fondés sur l’historiographie disponible :

La propagande n’est pas réductible à la manipulation[2] : le lien entre ces deux termes est difficile à dénouer à cause de l’image des propagandes des régimes autoritaires mais aussi du discours des professionnels de la communication : c’est évidemment le cas d’Edward Bernays qui, dans son ouvrage si souvent cité, insiste sur l’efficacité de ses techniques de manipulation. Il est étonnant que ses affirmations aient été si souvent prises au pied de la lettre, contrairement à toutes les règles gouvernant la lecture de sources. L’explication tient sans doute à ce que, ressemblant à un aveu que la morale démocratique ne peut que condamner, le propos semble marqué du sceau de l’authenticité. On oublie ainsi que l’ouvrage était avant tout un moyen d’assurer la promotion d’une profession toute récente[3]. Ceci invite à considérer avec plus d’attention des historiographies récentes comme celles sur la propagande nazie – en matière de consommation par exemple – qui insistent sur les limites de celle-ci à influencer des comportements[4]. Cet exemple montre en particulier que la notion de manipulation est délicate à manier dans la mesure où elle attribue une toute-puissance au discours, sans considérer que la propagande passe nécessairement par une mise en œuvre concrète qui, dans ses difficultés voire ses échecs, constitue un décalage important par rapport au discours, décalage que ne peut manquer de constater l’opinion publique ciblée par la propagande.

La mise en scène du pouvoir ne peut-être, sans autre examen, assimilable à la propagande. La principale difficulté des historiens qui traitent des périodes précédant le XVIIIe siècle est de savoir s’il est justifié de parler de propagande pour les multiples représentations du pouvoir qui se donnent à voir depuis l’Antiquité : comment interpréter les multiples images des empereurs romains, puis des souverains occidentaux – quelle signification politique donner aux vastes programmes iconographiques que l’on voit se déployer à l’intérieur des palais à partir de la Renaissance ? L’utilisation du terme de propagande pour analyser ces images permettait de souligner leur importance pour assoir le pouvoir royal : ainsi, l’affirmation de l’Etat moderne, comme programme politique, passerait par un déploiement de figures visuelles destinées à convaincre « le public » de la nécessité, de l’inévitabilité de cette évolution[5]. A l’opposé de cette lecture, on trouve l’analyse de Paul Veyne qui, en 1991 puis de nouveau en 2002, insiste sur le caractère non propagandiste des images du pouvoir[6]. C’est le célèbre exemple de la colonne Trajane, qui ne peut être considérée comme propagande dans la mesure où les images sont presque invisibles, mais qui ne fait que se donner à voir comme manifestation de la grandeur du pouvoir. Cette lecture n’est cependant pas la seule possible, et Florence Buttay donne l’exemple d’un troisième type de lecture quand elle reprend la lecture faite par Patrick Boucheron[7] de la fresque du Bon gouvernement de Sienne : contrairement à l’historien médiéviste pour qui il s’agit de propagande car il y a un message politique et non une simple représentation du pouvoir, Florence Buttay refuse d’employer cette notion, car il ne s’agit pas de convaincre la population d’adhérer à un nouveau type de pouvoir mais bien de réaffirmer des valeurs communes. Elle propose donc le terme d’exemplum : l’image sert à rappeler aux sujets mais aussi aux gouvernants eux-mêmes le modèle – qui fait l’objet d’un consensus – auquel le pouvoir doit se conformer.

Au final, nous favorisons la définition de la propagande par Paul Veyne, comme « rhétorique didactique et programmatique », qui implique un programme détaillé et tourné vers l’avenir, tout en reconnaissant qu’existe à côté ce que Jacques Ellul appelait la « propagande d’agitation » que l’on trouve en cas de guerre, jouant sur l’autojustification et la haine de l’ennemi. On pourrait d’ailleurs plutôt parler de propagande de mobilisation, avec, comme exemple parmi tant d’autres, le cas de l’Angleterre opposée à la Révolution française et amenée à définir et à affirmer son identité opposée à celle de l’adversaire. Les révolutionnaires français, quant à eux, proposent également le second type de propagande, de « conversion », à laquelle la définition de Paul Veyne s’applique parfaitement. Il s’agit alors de gagner de nouveaux adeptes à sa vision du monde[8]. Elle se déploie dans un espace où existent des discours alternatifs qu’il s’agit de combattre en les disqualifiant. La notion de conversion peut être discutée, mais elle permet de relier les études sur la propagande et celles, très riches, menées tant par les historiens que par les anthropologues et les sociologues, sur le prosélytisme et d’aborder de manière plus riche la question de la réception de la propagande.

 

Les oeuvres de propagande doivent être interrogées dans leur réalité et non pas seulement analysées du seul point de vue documentaire ou sémiotique. Le propos n’est pas de réhabiliter ou non ces œuvres, mais de rendre compte des différents regards posés sur eux, ainsi que repenser dans une perspective historique la frontière, toujours présente mais mouvante, entre art et propagande. Ce faisant, nous voulons être particulièrement attentifs à la reconstitution des arguments et des interrogations de ceux qui réalisent des œuvres de propagande comme de ceux qui organisent celle-ci : la propagande, alors qu’elle se présente comme sûre d’elle-même, est traversée de doutes, d’hésitations, de débats, y compris dans des régimes politiques où l’échange d’idées est surveillé. L’image, par nature équivoque, est particulièrement bien adaptée pour révéler ces tergiversations.

[1] Manufacturing Consent : The Political Economy of the Mass Media

[2] Elle n’est pas non plus réductible à « l’aliénation » telle que celle-ci est dénoncée par Jacques Ellul dans son livre de 1962, Propagandes comme étant l’incapacité de l’homme à vivre pleinement sa liberté, préférant une position de subordination qui le soulage de certaines responsabilités.

[3] On pourrait esquisser un rapprochement pour l’époque moderne avec Gabriel Naudé, Considérations politiques sur les coups d’Etat, 1639, qui se donne l’image de l’auteur propagandiste, acteur politique de l’ombre par sa science et son pouvoir de conseiller occulte, un rôle qui n’a pas existé. Christian Jouhaud, auteur de livres sur les Mazarinades, « les libelles en France au XVIIe siècle : action et publication, p. 33-45. Cahiers d’histoire, n°90-91, 2003, dossier « écrire pour convaincre ».

[4] Uwe Spiekermann, « L’approvisionnement dans la communauté du peuple. Approche du commerce « allemand » pendant la période national-socialiste » in Le Mouvement Social, 2004/1, n° 206, p. 79-114.

[5] L’ouvrage d’Hélène Duccini s’inscrit dans cette veine. H. Duccini, Faire voir, faire croire. L’opinion publique sous Louis XIII. Seyssel, Champ Vallon, 2003. Pour une lecture très différente des images de représentation du pouvoir royal, voir Thomas W. Gaehtgens et Nicole Hochner (dir.), L’image du roi de François Ier à Louis XIV, Paris, Editions de la Maison des Sciences de l’Homme, 2006.

[6] Paul Veyne, « Lisibilité des images, propagande et apparat monarchique dans l’Empire romain », Revue historique, 2002, p. 3-30.

[7] Conjurer la peur : Sienne, 1338. Essai sur la force politique des images, Seuil, 2013. Ambrogio Lorenzetti, 1337-1340

[8] Ce second type diffère de la « propagande d’intégration » de Jacques Ellul, dite aussi « propagande sociologique », qui se fonde sur la notion d’aliénation.