Pourquoi ce carnet

L’origine de ce carnet se trouve dans des journées d’études organisées depuis 2010 et conçues comme des lieux de rencontre entre modernistes et contemporanéistes, spécialistes d’histoire politique, d’histoire de l’art ou d’histoire économique. Une première série fut organisée à Strasbourg par Séverine Antigone Marin et Alexandre Sumpf, une seconde série, toujours en cours, a été initiée par Jérôme Bazin et Marie Fretigny et fut rejointe par S. Marin. La première série se présentait comme une trilogie, autour de la définition de la notion de propagande, des « micro-histoires » liées à des campagnes de propagande précises, et finalement de la question de l’échec. La seconde a débuté par des interrogations liées à l’histoire de l’art, avec la signification ambivalente de la notion de « beauté » chez les propagandistes comme dans le public visé. Se sont ensuite succédées des problématiques sur l’enjeu des supports, du financement et, prochainement, la question du kitsch.

Lieux de discussion de travaux en cours, les journées d’études n’avaient pas vocation à être publiées afin de conserver l’aspect informel des rencontres, mais les organisateurs se sont progressivement aperçus des inconvénients de cette approche : les participants appréciaient beaucoup de pouvoir appuyer leur réflexion à cet ensemble conceptuel plus vaste qui s’était élaboré, mais ils ne pouvaient se l’approprier que par le biais des discussions, par des résumés, sans accès au détail des analyses et des synthèses antérieures. D’autre part, ce système rendait difficile de répondre à des demandes ponctuelles de chercheurs qui, ayant connu l’existence de ces journées d’études au cours de leurs recherches bibliographiques, demandaient des textes qu’ils pourraient utiliser et citer.