Synthèse de la JE de 2012: La propagande est-elle vouée à l’échec ?

Cette troisième journée, organisée à l’université de Strasbourg par Séverine Antigone Marin et Alexandre Sumpf, montrait l’intérêt de réfléchir sur les échecs de la propagande.

Participants:

  • Loïse Bilat, Gianni Haver, « Le rôle de la définition de la propagande dans la définition de son échec. L’exemple du néo-libéralisme »
  • Xavier Paulès, « Propagande antiopium chinoise et influences occidentales, 1895-1937 »
  • Loïc Charles, « Civilisation industrielle et planification: l’échec d’une propagande visuelle aux Etats-Unis (1918-1939) »
  • Charles-François Mathis, « propagande et environnement : l’exemple de l’Angleterre victorienne »
  • Alexandre Sumpf, « La propagande des “atrocités de l’ennemi” en Russie, 1915-1918 : une campagne sans lendemains »
  • Céline Rase, « Radio Bruxelles perd la guerre des boutons. Quel écho pour le micro de la propagande allemande en Belgique occupée (1940-1944) ?

 

 

Synthèse rédigée par Séverine Antigone Marin :

 

Provocateur, le titre de la journée d’études voulait par là échapper à l’association si commune entre propagande et manipulation. La métaphore de la seringue hypodermique de Harold Lasswell domine encore les représentations que l’on se fait de la propagande, et lui attribue une efficacité directement proportionnelle aux moyens engagés. Notre but était de remettre en cause cette perception en étudiant des exemples où les efforts de propagande n’aboutissaient pas aux effets attendus. Ce faisant, nous avons été aussi influencés par plusieurs travaux historiques récents[1], dont certains étaient d’ailleurs portés par l’actualité de la crise de 2008[2]. L’entreprise s’est cependant avérée plus ardue que prévu pour deux raisons : les historiens engagés dans l’étude de la propagande ne privilégient pas cette question[3] peut-être parce qu’elle risque de dévaloriser l’objet de leur étude ; surtout, l’échec renvoyant au problème si complexe de la mesure de la réception, la discussion courait le risque d’une impasse[4].

Cette réticence à se restreindre à une analyse de l’échec est d’autant plus forte lorsqu’elle est conjuguée à la volonté de souligner l’importance politique d’étudier le fait de propagande. Cela explique que la communication de Loïse Bilat et Gianni Haver a pris paradoxalement pour objet le succès des idées néo-libérales, des années 1970 au début des années 2000. Ils ont souligné à quel point les grands théoriciens de la propagande, au premier rang desquels Edward Bernays, Serge Tchakhotine, Harold Lasswell et Jacques Ellul, avaient insisté sur sa capacité à manipuler les opinions publiques. Ces théorisations s’appuient d’une part sur les réflexions sur les foules initiées par Freud ou Gustave Le Bon[5], et formalisent d’autre part une pratique favorisée par une demande massive de la part des Etats, des entreprises et des partis. Permettent-elles cependant d’expliquer les basculements idéologiques qu’a connus le siècle ? Il est effectivement tentant d’y voir la clef de la domination paradoxale d’une idéologie comme le néo-libéralisme, si ostensiblement favorable à la minorité économiquement la plus favorisée. Comment expliquer, sinon par les succès d’une propagande manipulatrice, l’adhésion d’une majorité d’électeurs à des programmes néo-libéraux, comme on a pu le constater dans les années 1980 ? En réalité, les effets d’une conjoncture nouvelle suffisent à expliquer ces basculements, sans recours à la propagande comme deux ex machina. Economiquement, l’alternative proposée par le keynésianisme ou le socialisme paraissait, à la fin des années 1970, épuisée. Culturellement, la critique de la relation hiérarchique amorcée par mai 68 trouvait un début de traduction dans la transition des cadres directeurs aux managers (voir Luc Boltanski) ; enfin, politiquement, les populations les plus vulnérables se détournaient d’une activité électorale qui avait montré son incapacité à changer leurs conditions de vie désormais marquées par la crise, ou se tournaient vers des propositions politiques éclatées entre différentes alternatives à la limite du système, voire hors de lui. Cela ne signifie nullement que la propagande néo-libérale fut inutile : puissante, elle orchestra et amplifia ces mouvements – mais elle ne les créa pas et elle ne peut être considérée comme responsable de leur succès. En résumé, la discussion autour de ce problème permit de montrer que le concept de manipulation présente deux défauts : il escamote la complexité des processus de réception et ne permet pas de soumettre à une analyse critique l’auto-promotion des praticiens de la propagande.

L’impossibilité pour une propagande, aussi professionnelle soit-elle, d’aller à l’encontre de l’opinion publique dominante est illustrée de manière exemplaire par le cas de Radio Bruxelles. Céline Rase a montré l’étroitesse du contrôle exercé par l’occupant allemand, surtout à partir de 1942, quand la direction est reprise par des rexistes. Les trois objectifs suivis sont la propagation de l’idéologie raciste nazie, le renforcement des liens avec l’Allemagne et, surtout, la dénonciation des crimes anglais, jugés seuls responsables du déclenchement de la guerre et, par conséquent, des souffrances belges. Pour cela, la propagande fait preuve d’une réelle virtuosité, tant dans les formats utilisés et la variété des tons (billets du jour, chroniques et reportages, mais aussi émissions humoristiques), que par l’angle des messages de propagande : loin de se cantonner aux émissions politiques, ceux-ci imprègnent de façon habile les chroniques littéraires destinées à souligner les affinités entre la Wallonie et l’Allemagne ou les émissions de sport glorifiant « la solidarité wallonne ». Plus généralement, la radio a su attirer des auditeurs en proposant des services utiles, comme la recherche de personnes disparues, mais surtout en rénovant sa grille de programmes dans le sens souhaité par son public dès avant la guerre : la variété prend sa place à côté de la culture classique, les auditeurs sont invités à sélectionner leurs titres préférés, les émissions pour enfants se développent… Cette capacité à s’intégrer à une grille des programmes variés et à répondre parfaitement aux demandes des auditeurs n’assure pas pour autant à la propagande d’être mieux reçue : au contraire, son public sait l’utiliser pour ce qui l’intéresse, tout en allant chercher son information du côté des Alliés, avec Radio Belgique. La fameuse « guerre des ondes », objet de tant de théorisation et de soins de la part des propagandistes allemands dont on ne peut nier le savoir-faire, est donc un échec complet, tout simplement parce que le message de propagande était en totale contradiction avec la majeure partie de l’opinion publique qui n’aspirait qu’à retrouver l’indépendance de son pays.

Est-ce à dire que tout dépend de l’ « horizon d’attente » des récepteurs de la propagande ? Cela supposerait que celui-ci soit clairement identifiable ; or le cas de la Belgique sous l’occupation relève de l’exception : la plupart du temps, il n’est guère possible de reconstituer une image cohérente qui reflèterait un « état de l’opinion ». Celle-ci reste une construction hétérogène qui laisse un espace à l’efficacité de la propagande.

C’est ce qu’a montré Xavier Paulès en essayant de comprendre les ressorts de la propagande anti-opium menée par le Guomindang dans le cadre de son Plan de Six Ans développé entre 1935 et 1940. Le contexte politique était favorable, puisque le gouvernement de Nankin, avec, à sa tête, Jiang Jieshi (Chang Kai-Chek), avait réussi à stabiliser sa position en éliminant ses concurrents. Il pouvait donc réaliser son projet, si ce n’est sur l’ensemble du territoire formellement sous son contrôle, du moins dans certaines provinces comme le Guangdong, où il développa toute une structure administrative chargée de diriger la politique de l’opium. Le contexte culturel n’était pas moins propice : outre un discours international, relayé par la SDN, de plus en plus favorable à un contrôle très strict de l’opium, une première campagne de propagande anti-opium, menée entre 1906 et 1911 avait déjà remporté un succès auquel seule la révolution avait mis fin. Elle avait popularisé le thème de l’opium comme danger sanitaire et avait contribué à l’abandon progressif de la pratique par les élites. Même si, au moment du Plan de 6 ans, l’opinion publique restait indulgente face à une consommation occasionnelle ou thérapeutique, la figure de « l’homme crâne », dévoré par sa dépendance, s’était répandue. Cependant, d’autres éléments du contexte pointaient au contraire en faveur d’une consommation accrue de l’opium : la Chine était devenue le plus gros producteur mondial, développant une offre abondante qui permettait de baisser les prix. L’instabilité politique des années 1920, qui avait incité les différents seigneurs de guerre à profiter de cette manne financière avait laissé place à un monopole aux mains du gouvernement, officiellement pour gérer la diminution de la production mais avant tout pour lui permettre de profiter seul de cette rentrée considérable d’argent.

Pour Xavier Paulès, ce sont en définitive les changements progressifs de la représentation du fumeur d’opium, provoqués à la fois par les réflexions sur les causes du déclin chinois et par l’évolution des catégories socio-économiques consommatrices d’opium, qui permettent d’expliquer que les campagnes de propagande anti-opium rencontrent un écho de plus en plus favorable – sans pour autant réussir à imposer leur logique du « tout ou rien ». Dans cette analyse, la propagande est dotée d’une modeste, mais réelle « valeur ajoutée ». Elle accompagne et accélère un processus qu’elle n’a toutefois pas la capacité de déclencher.

Analyser l’échec de la propagande n’est cependant nullement le privilège de l’historien qui peut juger a posteriori. Les propagandistes eux-mêmes ont recours à cette catégorie pour juger leur action, mais selon des modalités très diverses : les critères retenus dépendent non seulement du niveau de savoir-faire mais aussi des ambitions de départ des propagandistes eux-mêmes ainsi que de leur habileté stratégique à relativiser rétrospectivement un échec en l’insérant dans un grand récit.

L’étude de la commission Krivtsov chargée, durant la Première Guerre mondiale, d’instruire les crimes de guerre des puissances ennemies de la Russie montre comment l’absence de compétences en matière de propagande et les hésitations mêmes à s’engager dans cette voie ont affaibli sa capacité de mobilisation. Certes, Alexandre Sumpf souligne les singularités du contexte russe: alors que les Français insistent sur les atrocités commises contre les civils, la commission Krivtsov se concentre sur les prisonniers de guerre ; cette focalisation est due à un biais de la collecte, puisque les anciens prisonniers constituent sa principale source d’information, mais aussi aux préjugés nourris envers des populations souvent non russes. L’essentiel reste cependant le manque de savoir-faire dans la publication des récits de crimes de guerre, l’hésitation entre compassion et voyeurisme, enfin, l’incapacité à se distinguer des innombrables commissions et comités de soutien. Malgré la prise de conscience de ses insuffisances techniques, la commission n’est jamais parvenue à s’assurer la direction du discours sur les atrocités et sur leur représentation, car elle a toujours été en deçà de ce que faisaient ses concurrents, qu’ils soient du côté institutionnel – d’autres comités bénéficiant aussi de patronages de la cour – que du côté privé – presse, éditeurs et producteurs de cinéma.

Ce savoir-faire maladroit s’explique par le manque de temps que la commission a eu pour faire son apprentissage – la fin de la Première guerre mondiale supprime sa raison d’être. Cependant, il reflète aussi une ambivalence à l’égard de la propagande, qui n’est pas forcément assumée comme l’action de séduction qu’elle est. Certains ont pu ainsi espérer que le message se diffuse dans l’opinion publique par la seule force de sa vérité. Cette foi dans une éducation spontanée (qui semble faire écho à certaines théories pédagogiques) se trouve en particulier chez Otto Neurath : quand, dans la Vienne des années 1920, ce dernier met au point son système de pictogrammes, il considère que cette méthode de représentation possède nécessairement un contenu progressiste[6]. L’Institute for visual education qu’il codirige promeut ainsi un « esperanto visuel » qui, en mettant à la portée du plus grand nombre le discours économique, doit promouvoir l’idée de planification comme solution aux crises économiques et l’établissement d’un socialisme porteur de justice. Or Loïc Charles montre l’échec rapide de cette vision au cours des années 1930, quand s’impose une approche purement pragmatique, qui considère les pictogrammes comme une simple méthode de représentation indépendante de toute philosophie sociale, à l’instar de toute autre présentation statistique. Même si les milieux réformateurs actifs dans l’administration Roosevelt y ont vu un instrument privilégié pour faire adopter leurs idées par l’opinion publique américaine, le système de pictogrammes s’est transformé en quelques années en une simple technique d’illustration au service de groupes comme l’American Petroleum Institute ou d’idées qui pouvaient être à l’opposé de celles défendus par Neurath. L’échec de ce dernier s’inscrit finalement dans le cadre plus général de ces propagandes modernisatrices du début du XXe siècle, auxquelles on peut rattacher le taylorisme : celui-ci s’est voulu également un projet de transformation sociale complet, mais a finalement été ramené au rang de technique d’organisation. Dans les deux cas, la facilité d’utilisation des méthodes proposées a amené à les détacher du projet dont elles étaient initialement porteuses. De la propagande, il n’est resté que la forme.

D’autres types de propagande peuvent plus facilement intégrer l’échec en le transformant en revers momentané. Tels sont ceux qui s’inscrivent dans la durée et qui portent un message clairement identifiable. Le thème de la protection de la nature est à cet égard exemplaire. Charles-François Mathis montre qu’avant les années 1860, il n’existe pas en Angleterre de propagande globale en faveur de la préservation de la nature : bien au contraire, on assiste à des actions ponctuelles de défense de lieux particuliers : elles ont beau, à chaque fois, développer des discours environnementaux plus ou moins élaborés, elles finissent souvent par échouer, faute de moyens et d’appuis. Le changement s’opère avec la création d’une institution, la Commons Preservation Society, en 1865, qui devient capable de prendre la direction du discours et de l’inscrire dans le long terme. Au lieu de la concurrencer, la création d’autres associations dans les années qui suivent lui permet d’évoluer en intégrant au fur et à mesure les différents combats menés et en leur donnant une cohérence. Cela passe par une réécriture générale qui réordonne les catégories de succès et d’échec selon leur adéquation au discours général. Deux exemples montrent comment fonctionne ce processus : le premier est celui de la défense des communaux, dont les quelques succès ont été relativisés, car ils avaient été obtenus selon des principes (le rachat des terres) contraires à ceux prônés par les propagandistes. A l’inverse, ces derniers interprètent comme un succès leur échec à empêcher la ville de Manchester de transformer le lac de Thirlmere en réservoir d’eau pour sa population croissante. C’est que la campagne de propagande a permis de familiariser l’opinion publique avec le discours sur la protection de la nature, au point que les adversaires même des propagandistes se retrouvent obligés d’argumenter sur ce nouveau terrain dont la légitimité est désormais établie.

 

Si l’on compare les résultats de cette journée d’études avec la bibliographie sur l’échec, plusieurs conclusions se dégagent. Nous avons retrouvé la valeur heuristique de l’échec, en particulier dans le cas de la commission extraordinaire Krivstov : quand, au début de l’année 1942, le NKVD veut mobiliser l’opinion publique soviétique sur les atrocités commises par l’ennemi, il s’appuie sur les antécédents et s’efforce de tirer les leçons de l’échec de Krivstov. Dans le même temps, cet échec peut être relativisé car il est désormais inscrit dans le temps long : le fonds de la commission est en effet exhumé pour raviver « la flamme ‘antiboche’ au nom de la répétition et de l’amplification [des] atrocités »[7]. Cette double dimension d’apprentissage et de relativisation de l’échec se retrouve dans le combat environnementaliste anglais du début XIXe siècle. Il y ajoute un aspect sur lequel insistent certains pans de l’historiographie : l’échec possède une noblesse particulière et le combat perdu se nimbe d’un romantisme qui peut se révéler particulièrement efficace dans ses réutilisations par les discours propagandistes ultérieurs.

Ce temps long n’existe cependant pas pour tous les échecs de propagande et certains apparaissent définitifs : le discours nazi était trop étroitement lié au destin militaire de l’Allemagne du IIIe Reich pour pouvoir lui survivre, et la permanence d’éléments épars de cette idéologie – elle-même constituée de morceaux hétérogènes préexistants – n’est pas une preuve de sa survie. D’autres propagandes, tournant autour de la promesse du modernisme dans la première moitié du XXe siècle, ont connu des destins avortés – leurs idées peuvent subsister, mais elles s’inscrivent dans des projets différents, suscitant d’autres propagandes.

Enfin, la journée d’études a montré qu’une analyse de la propagande qui utilise les théories de la réception se révèle décidément fructueuse. Il ne s’agit pas simplement de constater que le discours propagandiste, pour réussir, doit tenir compte des attentes du public visé. Ce qu’a montré en particulier l’exemple chinois, c’est que la participation active du public à sa réception a comme conséquence une adaptation de ce discours de propagande : la dangerosité morale de l’opium est acceptée, mais pas forcément la condamnation absolue de la pratique que promeut la propagande : l’opinion publique accepte l’idée, défendue par les consommateurs d’opium, d’une différence entre fumeurs occasionnels et opiomanes dépendants, de même que la possibilité pour les malades d’avoir recours à l’opium[8].

Il s’agit sans doute d’une piste à approfondir : comment les opinions publiques reprennent, en le transformant, le discours propagandiste, par exemple en modifiant les hiérarchies des arguments que celui-ci présente. Cela n’empêche pas de recourir aux catégories de réussite et d’échec, mais, contrairement à la pratique des propagandistes eux-mêmes, de les relativiser.

Séverine Antigone Marin

 

[1] Dans une bibliographie très fournie, on retiendra, pour sa vue d’ensemble, Fabienne Bock, Geneviève Bührer-Thierry, Stéphanie Alexandre (coord.), L’échec en politique. Objet d’histoire, Paris, L’Harmattan, 2008.

[2] Ceci dit, la réflexion de l’histoire économique sur l’échec – et sa traduction judicaire qu’est la faillite – dépasse très largement ce cadre de l’actualité. Natacha Coquery, Matthieu de Oliveira (dir.), L’échec a-t-il des vertus économiques ? Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2016.

[3] Plus exactement, la question est régulièrement soulevée, mais elle se limite le plus souvent à l’échec d’une propagande de guerre, en Algérie ou au Vietnam. Pour d’autres exemples voir Denis Rolland, Didier Georgakakis, Yves Déloye (coord.), Les Républiques en propagande. Pluralisme politique et propagande : entre déni et institutionnalisation, XIXe-XXe siècles, Paris, L’Harmattan, 2006.

[4] Même dans des cas apparemment aussi bien balisés que la propagande américaine pendant la Guerre froide, les historiens considèrent qu’il est impossible de mesurer réellement son impact. Cf. la critique par Jessica C. E. Gienow-Hecht du livre de Laura Belmonte, Selling the American Way : US Propaganda and the Cold War, University of Pennsylvania Press, 2010, in H-Diplo Roundtable Review, vol. XIII, n°3 (2011), p. 12.

[5] Pour une remise en cause de cette généalogie, voir Olivier Bosc, « Gustave Le Bon, un mythe du XXe siècle ? », in Mil Neuf Cent. Revue d’histoire intellectuelle, 2010/1 (n°28), p. 101-120.

[6] La conviction selon laquelle les pictogrammes véhiculaient nécessairement un message socialiste constitue le fondement de l’œuvre de leur concepteur, Gerd Arntz, membre du groupe des progressistes de Cologne : pour ces artistes, « l’absence de traits distinctifs des figures permettait de véhiculer en une seule image à la fois la notion de chosification des travailleurs par le système capitaliste et l’idéal de la collectivité ouvrière unifiée, ayant renié l’individualisme de la société contemporaine ». « L’apparence des personnages ne reflétait plus que leur appartenance sociale, ce qui en faisait des signes de communication collectifs, dépourvus de toute ambiguïté et ainsi saisissables au-delà de la barrière de la langue et de l’illettrisme ». Ces citations sont tirées d’Anastasia Simoniello, « Mythologie et utopie. Les progressistes de Cologne sous la République de Weimar », in Fabrice Flatuhez, Thierry Dufrêne (dir.), Art et mythe., Presses Universitaires de Paris Nanterre, 2011, p. 125-134. Sur l’activité propagandiste de ce groupe, voir la communication d’Anastasia Simoniello lors de la journée d’études « Beauté idéologique. La part du beau dans la propagande », 7 mai 2015.

[7] Nathalie Moine, « la commission d’enquête soviétique sur les crimes de guerre nazis : entre reconquête du territoire, écriture du récit de la guerre et usages justiciers », Le Mouvement social, 2008/1 (n°222), p. 81-109.

[8] Xavier Paulès, « l’éloge interdit : étude du système de valeurs des fumeurs d’opium dans la Chine républicaine », in Genèses, 2006/1, n°62, p. 84.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.