Synthèse de la JE de 2011: Microhistoire(s) de la propagande

Cette deuxième journée, organisée à l’université de Strasbourg le 4 novembre 2011 par Séverine Antigone Marin et Alexandre Sumpf, posait la question de l’échelle d’analyse de la propagande.

Participants :

  • Christian Bonah, « la cinépropagande antimalaria par Bayer »
  • Christophe Capuano, « Publicitaires et propagande politique sous Vichy : le cas de l’Exposition itinérante de la Famille française »
  • Anne Corneloup, « Le fouet et la panière. Ou comment mobiliser l’Eglise, selon El Greco »
  • Emilia Koustova, « la propagande soviétique à la recherche de nouveaux instruments : l’invention du « carnaval politique » dans les années vingt »
  • Jacqueline Lalouette, « la propagande antialcoolique dans les casernes et les écoles dans la seconde moitié du XIXe siècle »
  • Jean-Luc Lambert, «  les transformations du rituel associées aux campagnes d’évangélisation et de propagande soviétique : continuité et rupture dans l’ouest sibérien »
  • Ségolène Plyer, « Effacer mille ans de frontière. Les campagnes sudètes de rapprochement avec l’Allemagne dans la Tchécoslovaquie des années 1920 »

 

Synthèse rédigée par Séverine Antigone Marin:

L’atout majeur de cette journée d’études a été l’extrême variété –géographique, temporelle et thématique – des cas proposés, qui ont rendu encore plus frappants les rapprochements observés dans les caractéristiques de ces campagnes de propagande. On pourra regretter de ne pas avoir proposé aux participants une grille plus précise qui aurait permis de répondre à davantage de questions, mais ce serait en partie ignorer les différences sensibles entre les archives utilisées, qui n’autorisaient pas le même degré de précision.

Réutiliser des formes

Les différents exposés ont montré l’importance, pour les propagandistes, d’inscrire leur campagne dans des formes déjà connues. Pour s’assurer le succès, il semble nécessaire de limiter la prise de risque en réutilisant des cadres esthétiques appréciés et non liés à l’activité de propagande.

C’est de façon privilégiée le cas de la fête, dans sa dimension religieuse –la fête du prophète Elie acclimatée par les missionnaires russes orthodoxes chez les Nenetses de Sibérie (Jean-Luc Lambert) – ou de façon symétrique, sacrilège. Emilia Koustova a souligné, dans l’URSS des années 1920, la réutilisation explicite de la forme carnavalesque traditionnelle, avec, dans les manuels consacrés à l’organisation des carnavals politiques, la présence systématique de chapitres consacrés aux carnavals européens. Cependant, la satire n’est utilisée que pour le traitement de la politique étrangère et de l’actualité internationale, l’autre thème de la fête révolutionnaire, centré sur la lutte et les succès économiques, relavant du registre héroïque. En effet, la forme du défilé dépasse largement le cadre carnavalesque, comme le montre celui organisé lors de la fête de la Fédération des Allemands en Bohême à Braunau, en 1921 (Ségolène Plyer). Clou des festivités, après des deux jours consacrés à des pièces de théâtre en plein air, il réunit 15 à 20 chars.

On assiste également au réemploi de formes qui appartiennent à l’esthétique et à la pédagogie du moment. C’est le cas de la Cinquième Semaine culturelle silésienne, en 1929, qui multiplie les événements culturels selon des formes éprouvées, comme les expositions artistiques et les conférences. C’est surtout le cas des films de propagande pour la lutte contre la malaria de Bayer : Christian Bonah a en effet souligné à leur propos l’utilisation de formes cinématographiques de l’Ufa qui constituaient à ce moment la marque de fabrique de ce studio : le film de voyage, le film d’éducation (poésie de la vie). On peut d’ailleurs rapprocher ce choix d’un langage esthétique contemporain mais déjà largement consensuel de la décision du Greco de réutiliser, en vue d’une défense de la doctrine catholique, les gravures protestantes qui avaient récemment popularisé le thème du Christ chassant les marchands du temple pour précisément critiquer Rome (Anne Corneloup). Enfin, le cas de la propagande familialiste de Vichy apparaît exemplaire dans sa volonté de mêler tous les langages modernes : photos, photos-montages, tableaux, graphiques, statistiques, mais aussi films.

Un dernier cas peut être signalé, celui d’une double réutilisation: ainsi, l’ensemble de la propagande anti-alcoolique (Jacqueline Lalouette) emprunte sa forme au discours scientifique sous sa forme vulgarisée, une forme qui n’a cessé de croître en popularité et en légitimité tout au long du XIXe siècle – ce sont par exemple les tableaux juxtaposant les foies malades et les foies sains. Mais lorsque l’on regarde les vignettes qui opposent le foyer d’un alcoolique et la famille heureuse d’un homme sobre, on y trouve d’abord l’écho des vignettes catéchétiques et moralisantes produites par l’Eglise depuis longtemps. De fait, dans le cas de l’alcool, il s’agit, pour l’autorité publique non seulement de lutter contre un fléau social qui abîme la force de travail nationale ainsi que les futurs conscrits, mais aussi de remplacer Eglise comme source de la morale.

Au-delà de ces récupérations de formes diverses, selon l’époque et les besoins du message de propagande, on reste frappé par l’importance du schéma binaire, immédiatement reconnaissable, qui oppose une situation mauvaise (problèmes démographiques, maladie, alcoolisme, ennemi capitaliste exploiteur) à la solution qui a pour ambition, moins de régler ce problème que d’améliorer l’humanité (la recherche pharmaceutique, la famille nombreuse, l’homme sobre, le socialisme). Pour reprendre les catégories utilisées lors de la première journée d’études, ce schéma se retrouve constamment parce qu’il s’applique parfaitement à la propagande de conversion.

En revanche, dans le cas des Nenetses comme de la fête des Allemands de Bohême, ce schéma n’apparaît pas : on est dans le registre unique de la célébration et cela peut s’expliquer par le fait que ces manifestations ont pour but principal la (ré)affirmation d’une identité, qui correspond davantage à une propagande de mobilisation. En effet, si les propagandistes soviétiques ont voulu utiliser cette fête élaborée par les missionnaires russes orthodoxes pour diffuser l’idéologie socialiste, sa diffusion ne se fait réellement qu’à partir des années 1950 – 1960, sans doute en lien (E. Koustova) avec la réflexion soviétique contemporaine qui favorisait désormais davantage l’« identité nationale ». Cet aspect identitaire se retrouve parfaitement dans les affiches de Braunau mettant en scène des costumes folkloriques disparus un demi-siècle auparavant.

Finalement, cette originalité mesurée dans la forme de la propagande se comprend aisément : l’identification d’une forme familière permet une mise en confiance, une compréhension plus immédiate, donc davantage de chance d’emporter l’adhésion. C’est pourquoi on ne constate pas d’insistance particulière pour utiliser des techniques les plus modernes: les affiches, les défilés, les spectacles, sont mis au goût du jour, mais ne doivent pas déstabiliser le public et l’utilisation du cinéma par la propagande pharmaceutique vise avant tout à toucher le plus grand nombre de spectateurs (les manuels de Bayer pour la projection des films indiquaient qu’il fallait systématiquement compter le nombre de spectateurs). Cela n’empêche pas pour autant une certaine créativité, comme le montrent les chars des carnavals politiques soviétiques sur lesquels sont montées les rotatives qui produisent les tracts en temps réel, ou l’insertion de dessins didactiques dans les films de Bayer.

Pédagogie et divertissement : une limite floue

La campagne de propagande cherche à séduire en créant une rupture dans le quotidien, un temps de fête qui permet une disponibilité, une réceptivité particulière. Certes, la propagande anti-alcoolique présente sur ce point une exception, car elle est au contraire volontairement fondée sur la peur et la dénonciation de la fausse séduction de l’alcool. Cette caractéristique – que l’on peut retrouver dans d’autres propagandes hygiénistes – s’explique par le sujet même du message propagandiste, la maladie, la mort, qui influence obligatoirement la forme.

Les propagandistes soviétiques se sont heurtés très vite au problème du divertissement (E. Koustova), car, dès ses origines, la fête du 1er mai fut marquée par un double aspect, vécue à la fois comme fête de lutte et de revendications, mais aussi fréquentée pour son aspect festif et familial, perçue comme une fête du printemps, de retrouvailles entre camarades. Toujours dans la sphère soviétique, l’adaptation de la fête du Renne à la mission orthodoxe puis à la propagande socialiste avant de se transformer en pure fête « traditionnelle » de compétitions sportives, laisse supposer que le contenu s’efface en réalité dans les esprits au profit du moment festif. Dans le cas de Vichy enfin, c’est un propagandiste qui fait lui-même le rapprochement avec la kermesse voisine pour mesurer le succès de l’Exposition familialiste, sachant que peuvent également se superposer à cet événement de propagande des quinzaines commerciales qui achèvent de brouiller les frontières.

Plus généralement, il est intéressant de voir les lieux de ces actions de propagande : dans le cas de la propagande de Vichy, des films de Bayer, des manifestations culturelles sudètes ou – cas extrême – des Nenetses, il s’agit de petites villes voire d’endroits parfois très reculés : l’arrivée de la roulotte de projection, la représentation, plusieurs jours de suite, de pièces de théâtre, l’organisation d’une exposition, représentent des possibilités de distraction si nouvelles que le succès peut paraître assuré, indépendamment de la réception réelle du message.

Un professionnalisme revendiqué

Les professionnels sont indispensables à l’élaboration d’une campagne de propagande. C’est le cas des missionnaires orthodoxes en Sibérie, dont la vocation est la conversion et qui, pour ce faire, investissent dans la durée : demeurant dix à quinze ans sur place, ils apprennent les langues locales pour développer les contacts avec la population. C’est aussi naturellement le cas des publicitaires des années 1930 et 1940, qui trouvent dans la promotion de Bayer ou dans la propagande politique un moyen d’affirmer un savoir-faire dont la codification est encore récente. C’est enfin le cas des militants politiques tels qu’ils se développent en URSS mais aussi en Allemagne et dans la Tchécoslovaquie des années 1920.

Liées à ce premier groupe apparaissent les professions intellectuelles qui jouent un rôle aussi bien dans l’élaboration de la campagne que dans les efforts de diffusion. C’est le cas au premier chef des instituteurs et des journalistes, mais aussi, dans le cas des Nenetses, des ethnologues. Enfin, les Semaines culturelles silésiennes sont portées par trois pédagogues sudètes, dont un professeur de littérature allemande.

Un troisième groupe peut être identifié, celui des structures locales, qu’il s’agisse de troupes de théâtre ouvrières, d’associations de défense de la famille, de clubs en tout genre. Ils ont à la fois l’habitude des manifestations, la connaissance des conditions locales, et l’envie d’accéder à un plus grand professionnalisme par le biais de leur participation aux campagnes de propagande.

Laisser de l’autonomie au local

Il est remarquable de constater à quel point l’idéal de la campagne de propagande est l’uniformité : un schéma soigneusement conçu en amont doit pouvoir être diffusé de façon contrôlée et les résultats remonter pour évaluation au sommet qui a décidé le lancement de la campagne. C’est le cas non seulement de la propagande soviétique, avec une réticence de plus en plus grande face à toute action spontanée donc non validée au préalable, mais aussi de Vichy : les consignes s’efforcent de détailler le plus possible le dispositif de l’exposition, jusqu’au placement des plantes vertes. Les manuels de Bayer enfin, montrent un souci comparable de supervision des conditions mêmes de projection. Naturellement, cette recherche de cohérence dans le discours (y compris visuel), s’explique d’abord par la pluralité des émissaires. Mais les communications ont aussi montré que ce contrôle pouvait être d’autant mieux accepté qu’il représentait aussi une aide technique et une occasion de se former.

Si la décision apparaît centrale, on perçoit simultanément la volonté de faire participer la base et d’accorder une certaine autonomie aux conditions locales. Chistophe Capuano et Alexandre Sumpf ont rappelé en effet la crainte qui anime le propagandiste : qu’un professionnalisme impeccable aboutisse à le couper de la population. C’est pour cela que, dans le cas de la propagande familialiste par exemple, on est prêt à accepter beaucoup de choses, même si certaines sont vraiment marquées par l’amateurisme: le recours aux amateurs (c’est le cas aussi en 1921 à Braunau, au plus grand plaisir de la population locale), doit permettre une meilleure appropriation du message par le public qui se fait acteur. Les premiers carnavals politiques soviétiques mêlent même volontairement ces deux statuts, puisqu’ils mettent en scène des chars préparés dans le cadre des clubs ouvriers. Cependant, la participation n’a, au mieux, qu’un temps, et Emilia Koustova a souligné qu’avec l’utilisation de plus en plus importante de la propagande écrite – pancartes – au détriment du spectacle vivant, une frontière claire s’établit avec spectateur qui permet aux organisateurs propagandistes de se prémunir contre tout dérapage. Le contrôle du message est plus essentiel que son appropriation.

Conclusion 

Cette journée d’études a permis de souligner l’importance des schémas communs à des campagnes de propagande apparemment très diverses. Il existe bien un ensemble de règles à suivre pour mener une campagne de propagande qui soit considérée comme satisfaisante par les organisateurs, c’est-à-dire qui rassemble un public vaste dans une atmosphère positive et par conséquent apparemment réceptive au message. Cela pose en même temps un nouveau problème : les satisfecit que peuvent s’octroyer les propagandistes ne permettent pas de réellement approcher cette boîte noire que constitue la réception réelle des messages de propagande. A l’historien de chercher d’autres mesures.

Séverine Antigone Marin


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.