Synthèse de la JE de 2017: Le nerf de la guerre. Economie de la propagande

Synthèse rédigée par Séverine Antigone Marin

Comme pour chacune de nos journées d’études, nous avons pu vérifier qu’il est vain de vouloir rendre les catégories étanches les unes aux autres, même si, depuis le début, nous nous efforçons à une certaine rigueur dans l’appréhension du concept de propagande. Pour cette journée, nous nous sommes éloignés des terrains habituels des études de la propagande : le premier vingtième siècle et ses dictatures. Dans les différents terrains abordés (où la France à partir des années 1960 occupe une grande place), la question de la propagande peut apparaître en cours de route et de façon parfois périphérique. Nous avons choisi d’intégrer ces réflexions, non pas pour élargir exagérément l’importance de notre objet et montrer que la propagande « est partout », mais parce qu’elles permettent de ne pas créer un objet qui serait conceptuellement pur mais historiquement artificiel. Il faut donc accepter l’existence de frontières mouvantes entre propagande et promotion d’une personnalité (dans le cas de Michel Rocard) ou entre propagande et information (pour la réintroduction des castors en Loir-et-Cher).

Les thèmes abordés furent les suivants :

  • Audrey Vedel-Bonnery, chercheuse associée au CECILLE, Université de Lille 3 : « Le temps de la Seconde Guerre mondiale : l’économie de la propagande radio du Royaume-Uni en Europe »
  • Pierre-Emmanuel Guigo, maître de conférences à l’Université de Paris Est Créteil : « Le financement de l’honnête homme : la propagande de Michel Rocard de 1965 à 1995 »
  • Alessandro Gallichio, INHA-Centre Pompidou, labex CAP : « Tirana et les enjeux économiques d’une nouvelle propagande dans le contexte post-socialiste »
  • Anna Trespeusch-Berthelot, maîtresse de conférences à l’uiversité de Poitiers : « La contre-propagande situationniste : une maïeutique de bouts de ficelle »
  • Alexis Vrignon, chercheur associé au CRIHAM : « La prise de conscience écologique a-t-elle un prix ? Les ressorts matériels de la propagande au sein des mouvements écologistes des années 70 »
  • Rémi Luglia, professeur agrégé et docteur en histoire : « Accompagner le retour du castor en Loir-et-Cher (années 1970-1980). Acteurs, enjeux et pratiques d’une propagande naturaliste empirique ».

Lors de la journée d’études, les premières observations ont tendu à confirmer l’opposition, systématiquement faite dans les discours militants, entre une propagande d’Etat à qui les moyens n’étaient pas comptés et une propagande militante obligée de se débrouiller avec des bouts de ficelle. Cependant, cette opposition s’est rapidement révélée insuffisante, pour deux raisons. Tout d’abord, différents exposés ont montré la porosité des frontières entre financements militants et privés, et fonds publics. Ensuite, l’hétérogénéité de la notion de militant a conduit à redéfinir celle des moyens : il est apparu en effet que se concentrer sur l’argent pouvait dans certains cas amener à négliger les ressources en expertise, dont la présence est aussi essentielle pour expliquer les succès propagandistes.

 

Une propagande d’Etat nécessairement riche ?

La propagande de guerre représente de ce point de vue un cas extrême : Audrey Vedel-Bonnery montre la facilité avec laquelle, à partir de 1940, le gouvernement anglais accepte les augmentations budgétaires et l’explique par le statut de la propagande comme une arme parmi d’autres, dont l’efficacité est mesurée en termes quantitatifs et selon une logique de course aux armements avec l’ennemi. Cette vision, très sommaire, de la propagande aboutit à privilégier les dépenses orientées vers les moyens techniques et humains : d’une part, on s’efforce d’améliorer constamment la qualité de diffusion et de propagation des ondes radio, d’autre part, on ne cesse de recruter des traducteurs et plus généralement un personnel capable de lire la presse étrangère pour y relever les éléments de propagande à contrer, et de transmettre la propagande britannique en hongrois, polonais, tchèque, roumain, serbo-croate, grec, arabe, portugais, espagnol, italien, allemand , français, turc, bulgare, suédois, finlandais, danois, norvégien et néerlandais.

Cette facilité de financement ne semble pas se retrouver en dehors du temps de guerre : la faiblesse des budgets américains votés dans les années 1950 en plein cœur de la guerre froide en témoignent. Ils prouvent certes que la propagande est de toute façon bien moins coûteuse que l’armement, mais aussi que la foi dans son efficacité demeure vacillante[1].

Il n’en demeure pas moins qu’une propagande financée par un Etat se caractérise par l’importance de ses moyens, une importance qui semble directement proportionnelle à sa réussite – qu’on juge le plus souvent en termes de visibilité. Cet enchaînement logique explique la suspicion jetée sur la propagande écologiste comme le montre Alexis Vrignon : « l’ampleur de la contestation antinucléaire au milieu des années 1970 a pu laisser penser à certains représentants des pouvoirs publics ainsi qu’à des membres de la DST que des financements occultes venus d’URSS, des Etats-Unis, des pays du Golfe ou de RFA parviendraient aux militants antinucléaires pour financer leurs actions ». L’excellence du projet nucléaire français paraissait en effet attirer nécessairement de telles menaces et « Brice Lalonde, l’un des animateurs des Amis de la Terre de Paris, fut ainsi soupçonné – à tort – de recevoir des fonds par l’intermédiaire de l’ambassade américaine à Paris ».

Alessandro Gallichio a enfin rappelé que l’importance des moyens financiers n’était pas le seul avantage de la puissance publique, en examinant les efforts d’Edi Rama, maire de Tirana puis Premier ministre d’Albanie, pour transformer l’espace urbain de la capitale selon un processus de « biennalisation ». Nous sommes là à la limite entre propagande et promotion personnelle d’un acteur politique, mais l’intention propagandiste reste lisible car le but est bien de convaincre les citoyens albanais comme la communauté européenne que la véritable identité albanaise est résolument moderne et occidentale. Pour cela, l’atout majeur d’Edi Rama n’est pas l’argent – il a l’habileté de faire appel à des fonds privés – mais bien son statut politique qui lui donne le pouvoir de décision nécessaire pour réaliser une propagande architecturale à l’échelle d’une ville.

 

Pauvreté des propagandes militantes ?

L’opposition entre richesse de la propagande officielle et pauvreté de la propagande militante a été soulignée par Alexis Vrignon comme étant elle-même un élément de propagande : dans les années 1970, les militants écologistes n’ont de cesse de condamner l’argent, forcément sale, dont la puissance perverse est symbolisée par le « papier glacé » des brochures d’EDF. A cette richesse financière ostentatoire d’une propagande fabriquée aux seules fins de gain est opposé non le manque d’argent, mais la sincérité de l’engagement bénévole.

Cette rhétorique, d’autant plus efficace qu’elle repose sur une opposition réelle des moyens et des formes de propagande, se révèle cependant très insuffisante pour comprendre l’enjeu des moyens à la disposition des différents militantismes.

A l’intérieur même du mouvement écologiste, il y a, entre les militants des Amis de la Terre, insérés dans des réseaux de mouvements militants, et les quelques individus qui choisissent de rassembler leurs forces pour réintroduire le castor dans la Loire, un écart de moyens tel qu’il induit un changement de nature. Rémi Luglia montre que ce n’est pas l’argent qui constitue le véritable problème : l’opération qu’il décrit ne nécessite que des moyens modestes – conférences-projection ou réunions publiques d’information, encore plus faciles à organiser. Les moyens d’expertise existent également, comme le montrent leurs réponses techniques aux craintes des riverains comme des autorités locales. Ce qui manque en revanche aux militants, ce sont les ressources en réseaux – ils ne reçoivent que des conseils ponctuels d’autres militants, ne parviennent guère à intéresser les médias même locaux et ce dénuement en matière de savoir-faire propagandiste les rend entièrement dépendants de l’administration pour reprendre et faire vivre leur initiative.

Par ailleurs, les brochures de « papier glacé » étaient dénoncées en raison de leur forme professionnelle, l’adjectif étant utilisé comme l’opposé de la sincérité militante. Or, dans les années 1970, le professionnalisme peut être une composante du militantisme. Le mouvement de Brice Lalonde a ainsi fortement bénéficié de l’apport de graphistes et de dessinateurs professionnels : l’affiche Quand vous voudrez, grâce à son succès commercial, a profité non seulement aux finances du mouvement mais aussi à la diffusion de son message. Cette collaboration bénévole de dessinateurs professionnels reconnus fait écho à l’engagement d’artistes comme Steinlen dans la presse anarchiste de 1900. Pierre-Emmanuel Guigo montre cependant que la professionnalisation progressive de la politique conduit à donner une nouvelle dimension à ce type de bénévolat. L’étude de l’entourage de Michel Rocard montre des journalistes, des publicitaires, des consultants en marketing et des chercheurs dont certains étudient l’impact de la communication sur l’opinion. C’est cette expertise qui donne aux campagnes de Michel Rocard leur aspect si professionnel, comme le montre particulièrement bien l’organisation régulière de séances de vidéotraining durant les années 1970, au moment même où Rocard était particulièrement dépourvu de ressources propres. Certes, on a ici affaire à des cercles d’amis autour d’un homme, mais ces liens d’amitié se confondent avec un véritable militantisme en faveur de la « Deuxième Gauche » que Rocard incarne.

La faiblesse des moyens propre au militantisme ne se révèle donc pas seulement une idée qui recouvre des significations différentes mais surtout elle semble devoir être relativisée. Or, elle reste un argument central dans le discours propagandiste, et on a pu observer, en particulier avec l’exemple des situationnistes, comment elle pouvait faire l’objet d’une mise en scène élaborée. Anna Trespeusch a analysé la façon dont le mouvement s’est emparé de matériaux modestes comme par exemple la peinture industrielle, les toiles anciennes chinées aux puces pour être détournées, le cinéma non narratif – qui ne nécessitait pas d’acteurs. Cela pouvait refléter une réelle gêne financière, mais ces matériaux faisaient surtout partie du message du mouvement, qui voulait se tenir fermement à la marge pour mieux mener à bien son projet de sape de la société. Cette mise en scène de la pauvreté est d’autant plus frappante que, pour sa revue L’internationale situationniste, Guy Debord fait au contraire le choix d’une esthétique non seulement professionnelle – mais même sophistiquée grâce à la qualité du papier et des couvertures métallisées. Or ce choix est également justifié par la logique du discours propagandiste : la qualité matérielle de la revue ne fait que refléter la qualité des textes mêmes, née de leur « exactitude rigoureuse » et elle doit permettre de susciter une prise de conscience chez le lecteur afin d’éveiller en lui l’homme nouveau.

Que cette logique soit moins évidente que celle qui lie pauvreté du matériau et pureté de l’idéologie défendue est prouvé par les réactions hostiles que purent recevoir lors de événements de mai 1968, les affiches et les tracts situationnistes. Ces derniers présentaient en effet une véritable qualité professionnelle, en particulier parce qu’ils pouvaient être imprimés et non pas ronéotypés comme l’étaient les tracts des autres groupuscules. Cependant, à l’intérieur même des milieux qui avaient pu défendre une approche ostensiblement amateur, les critiques finirent par se développer. Alexis Vrignon a ainsi relevé le témoignage de l’agronome François de Ravignan à propos d’une exposition militante sur l’énergie solaire en Saône-et-Loire : « Alors dites-moi, camarades […] C’est avec ces panneaux mal foutus, épinglés sur fonds de papiers déchirés que vous pensez convaincre le bon public bourguignon du dimanche ? ».

 

L’origine et la collecte des fonds correspond-elle au message de propagande ?

Toutes les propagandes militantes, qu’elles choisissent ou non d’utiliser leur pauvreté comme témoignage de l’authenticité de leur démarche, doivent multiplier les sources de financement. Pour autant, celles-ci doivent être en cohérence avec le discours propagandiste, l’idéal étant que la collecte d’argent devienne elle-même une forme de mobilisation et une mise en pratique du message de propagande. Le mouvement écologiste a ainsi eu recours aux formes classiques de financement, soit par le biais des cotisations de comités locaux, soit par l’organisation de kermesses. Dans le premier cas, cela aide à la cohésion du mouvement, en faisant circuler non seulement l’argent mais aussi les informations voire les militants entre structures locales. Dans le second cas, la fête permet bien plus qu’une sociabilité : elle montre, certes pour un temps donné, que la société que l’on souhaite créer est possible – et, de ce point de vue, on peut rapprocher ces kermesses des « soirées de famille » organisées par les anarchistes dans les années 1890, qui permettaient de vivre, le temps d’une soirée, la fraternité anarchiste entre compagnons.

Ces formes classiques de financement ont donc fait la preuve de leur utilité, de même que l’utilisation bénévole d’expertises par des militants. Les communications ont cependant montré l’importance de deux autres moyens, le mécénat et le recours, plus ou moins direct, aux fonds publics.

Le mécénat a constitué un appoint non négligeable pour Michel Rocard, qui a pu bénéficier des largesses d’entrepreneurs comme Henry Hermand ou Roger Godino, mais ce sont les situationnistes qui en ont tiré le plus grand parti de ce mode de financement, et Guy Debord s’est employé à maintenir cette source de financement en présentant à son propre mécène, l’éditeur Gérard Lebovici, l’exemple de la relation entre Marx et Engels. Surtout, les situationnistes présentent l’originalité d’avoir théorisé le mécénat, en le comparant au financement de la recherche scientifique : l’argent des mécènes, parce qu’il permet de réaliser des expériences situationnistes, est comparable aux crédits qui peuvent être engagés dans la recherche scientifique. Une telle théorisation permet de mieux comprendre l’ambition du situationnisme qui ne veut pas créer des œuvres à contempler mais des expériences qui doivent amener une révolution du comportement. Pour autant, le mécénat pose aussi le problème des compromis voire des compromissions : Anna Trespeusch souligne la difficulté pour le mouvement situationniste de gérer la tension entre le contre-culturel et le commercial, depuis l’époque (1958) où le financier bruxellois Albert Niels achète des tableaux de Giuseppe Pinot-Gallizio qui, à son tour, utilise l’argent pour renflouer les caisses de l’Internationale Situationniste, jusqu’à aujourd’hui, quand les critiques d’art s’efforcent de rendre compte du mouvement dans la réflexion artistique sans trahir son message de subversion. La tension paraît cependant tout aussi grande pour les écologistes lorsqu’en 1979, ils s’associent avec PUK (Péchiney) pour l’action « le jour du soleil », destinée à valoriser l’énergie solaire comme la seule véritable voie d’avenir.

L’autre source de financement évoquée par les différentes communications est l’argent public, dont la présence, plus ou moins importante mais constante, achève de remettre en cause cette séparation initialement si évidente entre propagande d’Etat et propagande militante.

L’accès à l’argent public peut se faire de trois façons, et la première est évidemment par le biais de subventions. Les Amis de la Terre ont ainsi pu fonder la Maison de Nature et de l’Environnement en 1978 grâce au soutien financier et logistique de la municipalité de Lille. Les fonds engagés étaient conséquents sans être immenses et leur utilisation correspondait à un choix politique clair de la part des élus. Cette opportunité n’est cependant qu’une étape dans une réflexion qui, au cours des années 1980, devient essentielle : comment professionnaliser l’action écologiste à partir du moment où il y a accord pour considérer que cette évolution est indispensable à la pérennité et à l’efficacité du projet écologiste ? Un modèle français se développe alors, distinct de l’ONG à l’anglo-saxonne, car fondé sur le travail au sein de l’administration de l’environnement, comme l’Agence Française de Maîtrise de L’Energie. Ce recours à des emplois d’utilité publique pourrait faire penser à une sorte « d’entrisme » du militantisme écologiste au sein des administrations publiques. La réalité est plus complexe et l’aide des pouvoirs publics peut aller jusqu’à se substituer à l’action militante quand celle-ci est trop faible – ainsi que le conclut Rémi Luglia.

Au temps de la télévision publique, un autre type de subvention revêt une importance considérable, le temps d’antenne. Pierre-Emmanuel Guigo l’a souligné pour Michel Rocard : bien entraîné par son cercle d’amis militants, il a particulièrement bien profité de la législation électorale qui lui garantissait un temps de parole sur ce média. Mais la présence télévisuelle pouvait être tout aussi efficace sans être invité sur les plateaux et Alexis Vrignon a rappelé comment les militants écologistes ont rapidement appris à mettre en scène leurs manifestations, fussent-elles réussies ou non, afin de produire le maximum d’effet devant les caméras dépêchées sur place pour le journal télévisé.

Enfin, il existe un véritable détournement des fonds publics utilisés comme subventions involontaires, tel que le pratiquent les situationnistes. Anna Trespeusch a détaillé le bricolage auquel les membres du mouvement se livrent pour trouver des moyens de subsistance : dotations, bourses d’études, postes administratifs assurés grâce à de faux diplômes, allocations chômage perçues à la limite de la légalité… Il s’agit, d’une façon revendiquée de « gruger les institutions », d’opérer « une prédation vengeresse » qui évoque forcément la « reprise individuelle » anarchiste : à la fin du XIXe siècle, le vol concernait la propriété privée, mais la logique non seulement justificatrice mais propagandiste de ces actes est bien la même.

De fait, ce détournement revendiqué ne porte pas, dans ces années 1970 uniquement sur des fonds publics mais concerne aussi des associations – dont certains membres choisissent de piocher dans les caisses pour financer la cause qu’ils jugent importante, que ce soit la candidature de Michel Rocard pour la Mission laïque, ou le situationnisme pour l’UNEF de Strasbourg.

 

La diversité des propagandes abordées au cours de notre journée d’études devait nécessairement se refléter dans la multiplicité des sources de financement. Pourtant, quelques conclusions peuvent être tirées : la distinction entre Etat et militants, bien réelle, ne doit pas dissimuler les divers liens entre ces deux pôles dans la pratique de la propagande. Par ailleurs, si la recherche de moyens est un souci constant de la part de ceux qui en manquent, le discours autour du manque d’argent ou de sa provenance, qui doit être en accord avec le message, sont des instruments nécessaires pour établir sa légitimité. C’est donc dans la durée que le besoin de professionnaliser l’apport de fonds à la cause s’impose. Enfin, le degré d’innovation des nouvelles propagandes des années 1960-1970 doit être relativisé. Les rapprochements entre militants écologistes et anarchistes de la fin du XIXe siècle apparaissent fructueux, à condition de ne pas être systématisés, et les positions situationnistes gagneraient sans doute à être éclairées par une réflexion sur les stratégies utilisées par des mouvements d’avant-garde plus anciens. Une ultime remarque concerne le souhait d’organiser une nouvelle journée sur le thème du financement de la propagande. La matière est importante mais son traitement reste compliqué : brandie par les propagandistes eux-mêmes, la question est traitée dans le cadre général de l’étude de leurs discours et de leurs pratiques et tend surtout à montrer la cohérence de l’ensemble. Quand elle est occultée par les mêmes acteurs, la question du financement devient difficile à traiter, souvent faute de sources suffisantes, et le silence des archives peut conduire à laisser de côté cette question. Nous pensons avoir réussi à montrer que l’étude des propagandes passe aussi nécessairement par une remise en cause de ces positions.

Cependant, lorsqu’elle est occultée par les mêmes acteurs, elle est alors souvent négligée, considérée comme un simple bricolage né des nécessités de l’heure. Nous pensons avoir réussi à montrer qu’une telle distinction n’a pas lieu d’être si l’on veut améliorer notre compréhension de la propagande.

 

 

[1] Voir la table ronde organisée par H-Diplo autour du livre de Laura Belmonte, Selling the American Way : US Propaganda and the Cold War, Philadelphia : University of Pennsylvania Press, 2008. http://www.h-net.org/~diplo/roundtables/PDF/Roundtable-XIII-3.pdf


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.